18° dimanche du Temps Ordinaire – Année B

 

Semaine 32 – Année B –

du lundi 6 au dimanche 12 août 2018

 

Rappel des célébrations eucharistiques :  

 

      Samedi 4 août :                   18h30 Le Russey.

 

      Dimanche 5 août : 10h Charquemont.

                   10h30 messe à la ferme à Grand Combe des Bois, chez Vincent Maillot.

                                   10h30 messe à l’église des Plains et Grands Essarts,

                             suivi du dimanche à la ferme chez Olivier et Jean-Louis Mougin.

 

 

 

* Réunion des équipes du Rosaire :

Mardi 7 août, à 14h, salle Charles de Foucauld à Maîche,

pour préparer la messe du 15 août.

 

 

 

 

DON DU SANG :

Vendredi 10 août, de 15h30 à 19h, à la salle de convivialité de Maîche.

 

 

 

 

   * Prière du chapelet : Tous les vendredis, à 14h à Damprichard.

 

 

 

 

En marche vers le Synode  

05/08/2018 : Nous sommes lents à faire confiance à Dieu.

Au cœur de cette Eucharistie, donne-nous, Seigneur, donne à nos délégués synodaux de croire en toi, en Celui qui t’a envoyé,

pour que notre démarche synodale reste vivante et régénère notre Eglise diocésaine.

(Les Sœurs de la Charité : communauté du Conseil provincial)

Afin que chacun puisse entrer dans la démarche synodale,

voici un lien proposé à tous ceux qui ont internet : synode-besancon.fr

  

 

 

Décès :                     Colette NOROY (Maîche).

                                  Robert LIGIER (Courtefontaine).

 

 

 

 

A compter du 1° septembre 2018,

le montant du casuel pour les mariages et les funérailles est fixé à 160 €.

(dans cette même offrande est comprise l’indemnité de la messe célébrée le dimanche qui suit la célébration).

Un casuel pour les baptêmes

est institué dont le montant est de 50 €.

Monseigneur Jean-Luc BOUILLERET.

 

 

 

 

Paroisse du Plateau de Maîche.

En cas de décès, vous appelez le 07.71.88.25.47.

Merci d’en prendre note.

 

 

 

Prendre du temps pour Dieu

Tout simplement pour l’accueillir.

 

S’asseoir pour écouter sa Parole.

Être soi-même juste un instant.

Se libérer de nos  » chemins faisant « 

Quand tout s’agite autour de nous.

S’asseoir, et pour tenir debout

S’offrir un rendez-vous.

Prendre son temps pour s’arrêter, se reposer

Prendre son temps, se mettre à écouter

Cette Parole qui nourrit

Qui nous console et nous grandit,

Dieu au cœur de notre vie.

 

 

 

Le pain de l’autre rive

Moment de vérité où Jésus met les choses au point : quelles sont les réelles motivations de ceux qui le recherchent et qui viennent de le retrouver sur l’autre rive ? La nourriture fait partie de la recherche des hommes mais le don que Jésus avait fait dans la multiplication des pains n’a pas été compris. Ce qui est attendu des hommes ne correspond pas à ce que Dieu offre par Jésus. Ce que Jésus attend est une réponse de foi, une réponse décisive prête à recevoir le don du pain de vie parce qu’il est le chemin qui mène à Dieu et qui rassasie le coeur de l’homme. Dieu se donne en son Fils et comble l’homme qui croit en lui. Le passage sur l’autre rive, c’est cet acte de foi en celui en qui nous mettons notre espérance, en qui nous prenons force, en qui la vie donne sens à notre vie. Passer d’une nourriture qui se perd à celle qui demeure, c’est devenir autre. Être disciple missionnaire, comme le dit Paul aux Éphésiens, c’est devenir un homme nouveau qui sait vivre en se donnant, à l’exemple du Christ. La longue histoire du peuple d’Israël, son expérience de la manne au désert, sa recherche de signes qui authentifient le don de Dieu qui est lié à l’appel à vivre selon sa loi ; voilà le chemin de tout homme en recherche de la vérité. Paul précise clairement le même chemin : celui qui sort des pratiques anciennes qui enferment l’homme sur lui-même et qui se laisse renouveler par le Christ. Un programme de vie qui emprunte celui de tant d’hommes et de femmes qui se sont laissé habiter par l’Esprit de Dieu. Au coeur d’un temps d’été, l’occasion nous est donnée, de nous laisser saisir pour vérifier notre attachement à celui qui est le pain de la vie. Aurons-nous la réponse des apôtres : « À qui irions-nous ? » C’est la grâce à nous souhaiter pour la vie du monde !

Père Pierre-Yves Pecqueux, eudiste

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités
par upmaiche